Déontologie du restaurateur professionnel


Le relieur et le restaurateur sont deux professions différentes.

Le savoir et les qualifications du spécialiste de la restauration :


  • Reconnaître la nature des éléments constituant le livre ou le document graphique
  • Connaître les techniques de confection des reliures anciennes
  • Identifier les causes de dégradations physiques et chimiques
  • Argumenter les propositions des divers niveaux d'interventions
  • Mesurer l'action des interventions projetées
  • Mesurer avec humilité ses capacités d'intervention

De très beaux livres avant intervention de restauration


Étapes de la restauration d'un livre

Le professionnel doit suivre, s'il travaille pour les collectivités publiques, le cahier des charges de la Bibliothèque Nationale de France.

Les règles de profession
Le restaurateur oeuvre sur les livres anciens dont les reliures sont encore présentes, mais dégradées physiquement ou chimiquement. Par son travail, l'artisan doit donner à l'ensemble, l'illusion que l'ouvrage a parcouru les années dans de bonnes conditions de conservation, tout en respectant la déontologie de la profession.

Réversibilité des produits utilisés
Toute restauration doit être réversible, c'est-à-dire donner la possibilité de supprimer la restauration pour maintes raisons, sans détériorer le document d'origine

Respect des techniques anciennes
Toute amélioration d'un corps d'ouvrage ou toute reconstitution doit être exécutée à l'identique par rapport aux éléments datant le livre.

Compatibilité des matériaux anciens et neufs
Utilisation de matières identiques de même nature ou de même fabrication, pour des raisons physiques, chimiques et historiques.


Détail du cuir ancien après dépose

Utilisation de produits et de matières stables chimiquement
Utilisation de colles, de papier à Ph neutre ou réserve alcaline, sans azurant optique, éliminant ainsi les risques de dégradation pour le document d'origine.

Conservation de 100% des matières anciennes
Malgré leur dégradation, le restaurateur doit conserver l'ensemble des matériaux et apporter des améliorations à leur structure ou remplacer certains matériaux, dans le cas unique de dégradation chimique (ancienne colle, papier acide, restaurations intempestives). 

Le restaurateur ne doit en aucun cas tromper les caractéristiques de l'ouvrage qu'il opère, sous prétexte de cacher ses restaurations ou d'enrichir le décor de recouvrement (exemples : changement des matières, reprises abusives du décor, changement de teinte du cuir d'origine ... )


Les volumes après restauration et greffes de cuir













Esthétisme de la restauration
Les matériaux neufs devront se confondre (incrustation et teinte) avec l'ancienne partie du livre. (teinte et patine réversible).
  •  Exemples de restauration de documents graphiques

Avant restauration. Problème de dégradation chimique (rousseurs) du au contact des cartons acides utilisés par l'encadreur






Après restauration. L'intervention a permis de retrouver des éléments cachés par la dégradation chimique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire